Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

3 avril 2010

Les otaries d'Amsterdam

Les otaries d'Amsterdam ou otaries à fourrure subantarctiques peuvent peser jusqu'à 200 kilos et les mâles les plus âgés ont une houpette sur le dessus de la tête. Au XVIIIème siècle, les navigateurs notèrent la présence d'une importante colonie d'otaries au large de l'île d'Amsterdam.

L'otarie d'Amsterdam, Arctocephalus tropicalis,
une émission des T.A.A.F. du 1er janvier 2010. 
Ici, une mère et son jeune nommé aussi pup.

Pour les passionnés, une thèse sur les stratégies maternelles de l'otarie à fourrure a été soutenue il y a dix ans à l'Université de La Rochelle.

Un bloc superbe de 5 timbres des T.A.A.F.
Le fond du bloc montre deux mâles s'affrontant pour dominer
un territoire à femelles.
Phil@poste / Claude Andreotto.

Les otaries sont proches des phoques mais on les différencie le plus facilement au moyen des pavillons externes qui se trouvent au niveau des oreilles.

Des pavillons (les flèches rouges), 
donc des otaries.

Voir
TAAF, retour à la raison ? Un billet du 3 avril 2010 du Blogue Philatélie au quotidien
[une erreur du nom de blogue a été rectifiée le 5 avril 2010, mes excuses au blogue Philatélie au quotidien].

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé