Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

14 juin 2010

Il y a 70 ans, la Wehrmacht entre dans Paris

Tous les peuples qui voient leur capitale occupée ressentent le même désarroi. L'entrée de l'armée allemande dans Paris il y a 70 ans fut  un choc considérable pour ceux et celles qui vécurent cette période, pas seulement pour les parisiens. Paris fut déclarée ville ouverte, c'est-à-dire rendue sans combat pour lui éviter la destruction.

C'est certainement le plus grand désastre de l'histoire de France, et il est intéressant de lire des sites qui montrent que l'armée française était loin d'être inférieure à l'armée allemande : Histoire du Monde.net.
J'ai déniché la carte suivante au Salon Planète Timbres 2010.

Le 14 juin 1990, les îles Marshall commémoraient
le cinquantenaire de l'entrée des allemands dans Paris.


 
La radio allemande annonce l'occupation de Paris.

Voir
Le site Paris en images, photos d'occupation
Au Fort d'Ivry, le mystère des archives de la Wehrmacht, AFP, le 23 février 2008
La défaite de 1940, sur le Webzine de l'Histoire, le 4 juin 2010

2 commentaires:

wigerrix a dit…

Qu'est-ce qu'on a fait aux Iles Marshall !
Ce n'est pas la première fois que cette nation s'attaque à la France.
Il avaient édités (1990) un timbre sur la "victoire" anglo-saxonne de Mers El Kébir.
Sur ce timbre on peut y voir, entre autres, le drapeau Français sombrer et voilé en partie par les flammes. Tout un symbole...
C'est très limite diplomatiquement parlant.

Jean Deschamps a dit…

J'ignorais que les Îles Marshall avaient émis un tel timbre-poste sur la bataille de Mers el-Kébir (le 3 juillet 1940) qui fit, comme on le sait, de très nombreuses victimes françaises.

Malgré tout, nous n'avons rien contre les Marshallais. Est-ce parce que certains de leurs atolls servirent à des essais nucléaires américains, pratiqués ailleurs par la France aussi ?

Quoi qu'il en soit, il semble que le militaire qu'était De Gaulle a plutôt donné raison aux anglais, dans la crainte de voir tomber une partie de notre flotte aux mains de l'ennemi.

Un billet proposé