Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

13 décembre 2010

L'euro existe encore !

Le 17 mai 2010, nous commencions à nous demander quel serait l'avenir des faciales exprimées en euros. Vous êtes quelques-uns à collectionner aussi des pièces en euros. La situation est la suivante : la dette publique est énorme en Europe, j'entends que la Banque Centrale rachète sans trop le dire de la dette de façon illimitée, et sans instrument indiqué pour le remboursement d'une pareille montagne financière. Pour la Grèce, c'est au moins 67 milliards d'euros absorbés, pour l'Irlande et pour le Portugal c'est en cours. Monsieur Juncker, le patron de l'Eurogroup, a estimé que l'euro allait survivre. En gros, ce serait une crise de la dette mais pas une crise de l'euro. Super !

PEC, ou Post-European Currency,
quel serait le nom d'une monnaie d'après l'éclatement de l'euro ?


Vous en connaissez beaucoup des jeunes qui sont prêts à payer une montagne de dettes, à peine arrivés sur un marché du travail déjà difficile pour eux ? Je n'en connais pas : c'est pour cela que c'est une crise future de l'euro.  De plus, cela ressemble maintenant à de la planche à billets ou monétisation de la dette publique par achat direct de la Banque Centrale aux États émetteurs.

Je sens nos dirigeants européens inquiets. Leurs déclarations récentes ne rassurent pas vraiment. Cela donne l'impression qu'ils ont lancé en janvier 1999 une monnaie incluant des pays trop différents et que, plus de dix après, ces disparités (croissance, déséquilibre des évolutions de salaires, etc) leur éclatent à la figure.

Va-t-on maintenant vers un scénario de retour de l'inflation pour éponger la monstrueuse dette du continent européen ? Et si ce n'est qu'un mythe, cela signifie que le pouvoir d'achat s'effondrera (la hausse des impôts, le transfert au privé de très nombreuses prestations, jusqu'aux pompiers !) pour contenir les déficits publics, puisque la croissance restera faiblarde. Voilà, le tableau européen est dressé pour vos vingt prochaines années. Il me fallait bien caser ce billet avant les Fêtes.

Je me souviens, dans les années 1980, les manuels scolaires montraient de beaux drapeaux européens en couverture, je les imaginais claquer au vent, oui ils emportaient mon imaginaire. Aujourd'hui, mieux vaut ne pas trop imaginer. 

Signe d'espérance, Olli Rehn, le commissaire chargé des questions économiques et monétaires, a déclaré à propos de l'entrée imminente de l'Estonie :  « C'est un signe de confiance dans l’euro. Personne ne souhaite en sortir, tout le monde souhaite y entrer ». Ouais. Et les marchés ?

Voir
La BCE a racheté plus de dettes d'États que prévu, Le Figaro, du 3 décembre 2010
Dette souveraine, pas d'issue sans inflation et monétisation, du blogue sos-crise, le 23 mai 2010
En pleine crise, l'Estonie rejoint la zone Euro, du blogue Coulisses de Bruxelles, le 12 mai 2010

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé