Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

12 janvier 2011

Il y a un an, Haïti

Le 12 janvier 2010, un séisme majeur dévastait Haïti. Malgré l'aide internationale apportée, un an après 5 %  seulement des gravats de Port-au-Prince sont déblayés, et les questions sanitaires ne sont pas résolues, loin de là. L'enlèvement des gravats génère lui-même des problèmes respiratoires pour une population déjà affaiblie. Dans les camps de réfugiés, la sécurité n'est pas correctement assurée, en particulier pour les femmes.

Ce timbre français était émis avec surcharge au profit d'Haïti,
le 19 janvier 2010.
Yves Beaujard / Phil@poste.


Le site du quotidien Le Nouvelliste écrivait déjà en juin 2010 :

" « Les gens déposent les gravats n'importe comment à travers les rues sans prendre des précautions pour ne pas boucher les caniveaux qui facilitent l'écoulement des eaux », reproche un citoyen. Avec les caniveaux qui ne sont pas libérés, les risques d'avoir des inondations ont augmenté avec les pluies torrentielles qui s'abattent sur la capitale pendant la période cyclonique. En outre, la rencontre des eaux usées et sales est très fréquente dans les rues encombrées de débris ".
Voir
Poursuivre l'aide à Haïti dévasté, un billet du 14 mars 2010
Haïti : naissances d'enfants issus de viols, le 11 janvier 2011 sur Flammesdumonde.com

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé