Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

27 janvier 2011

Journée de commémoration de l'Holocauste

L'Assemblée Générale de l'ONU, dans sa résolution 60/7 du 1er novembre 2005, a fait du 27 janvier une journée de commémoration de l'Holocauste, dédiée à la mémoire des millions de victimes. Ce 27 janvier est le jour de la libération du camp de concentration d'Auschwitz par l'Armée Rouge en 1945.

Des jeunes français visitent régulièrement le Mémorial de Buchenwald ; j'ai conservé la documentation, et deux photographies : le couloir d'un bâtiment avec l'entrée des cellules, et une vue des fours crématoires de la firme Topf und Söhne.

Un guide du mémorial de Buchenwald
et une exposition historique Le camp de concentration
de Buchenwald de 1937 à 1945.

Modernité
Page 2 du Guide de l'exposition, je lis :
" L'administration du camp disposait d'un équipement moderne. Les instruments bureaucratiques des SS comprenaient des machines à écrire, des téléphones, des postes émetteurs, des classeurs et des fiches. Ceci leur permit d'exercer un pouvoir de décision presque total sur les personnes internées dans le camp ".
On était là dans une modernité, une bureaucratie, une méthode, au service d'une idéologie destructrice. Il ne faut surtout pas y voir une folie, car c'était quelque chose de très structuré. En 2007, le sociologue Zygmunt Bauman va jusqu'à une analyse qui montrerait une porosité de système (tout en conservant à l'Holocauste son unicité) :
" Nous ne disons évidemment pas que le monde de l’entreprise, aussi inhumain qu’il devienne aujourd’hui, est identique à celui du camp de concentration, nous suggérons seulement que, si les conditions étaient réunies, il pourrait bien le devenir ".

L'Occident n'a pas terminé sa repentance sur le rôle passé de ses industries, de ses entreprises, de sa logistique, de sa science, dans le processus de l'Holocauste.

Et la religion ?
Sur le plan de la croyance, l'Holocauste  continue de poser maintes questions : aux Chrétiens sur la validité de la Rédemption (cf. Robert Nozick, the examined life), aux Bouddhistes sur le karma, et aux Juifs notamment sur le silence d'Adonaï. Plus fondamentalement, une question à 1 euro se pose toujours aux théistes : si le mal est banal, Dieu est-il omniscient ?

Wiesenthal
Je n'avais pas parlé l'an passé de l'émission commune de l'Autriche et d'Israël en hommage à Simon Wiesenthal, c'est le moment de le faire. Cet hommage au travail inlassable d'un chasseur de nazis participe du devoir de mémoire. Quel que soit ce qu'on a pu lire sur le caractère ou sur les erreurs de Simon Wiesenthal, son apport est que l'Holocauste était un crime contre les Juifs en même temps qu'un crime contre l'Humanité toute entière. C'est au nom de tous, Juifs ou non, qu'il poursuivait des criminels.


Une émission commune de l'Autriche et d'Israël :
 "Justice, not vengeance".
 Le 2 février 2010, avec Simon Wiesenthal (1908-2005).



Vigilance
Dans sa déclaration, l'ONU réaffirme que :
" L’Holocauste, qui s’est traduit par l’extermination d’un tiers du peuple juif et d’innombrables membres d’autres minorités, demeurera à jamais pour tous les peuples un rappel des dangers de la haine, de l’intolérance, du racisme et des préjugés ".
Nous sommes dans quelque chose d'actuel : l'intolérance se voit encore en France, parfois sous des formes brutales (profanations de lieux de culte et agressions) ou insidieuses (discriminations à cause de la couleur de peau,  du lieu de résidence, de l'âge, ou de la religion, etc). Aussi, des pays ont des dirigeants qui sont des dangers. C'est le sens de cette journée : se maintenir dans une nécessaire vigilance.

27 januari herdenkingsdag holocaust, sur Postzegelblog le 27 janvier 2011
La SNCF a été un rouage de la machine nazie d'extermination, un article du Point le 25 janvier 2011
Zygmunt Bauman, un article de Wikipedia
Fondation pour la Mémoire de la Shoah
Mémorial Auschwitz-Birkenau (en anglais)

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé