Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

30 mai 2011

Karl Friedrich Knorre

Karl Friedrich Knorre (Карл Христофорович Кнорре) est né le 9 avril 1801 à Dorpat en Russie et est décédé en 1883 à Berlin. Ce savant s'inscrit dans une lignée d'astronomes avec Ernst Christoph Friedrich Knorre (1759-1810) et Viktor Knorre (1840-1919). Karl Friedrich Knorre fut, durant cinquante ans, le premier directeur de l'Observatoire de Nikolaev en Ukraine, fondé en 1821 d'abord comme observatoire naval. Il y instruisit les marins en navigation astronomique (la flotte de la Mer Noire) et a compilé des catalogues d'étoiles.

 Un entier postal Karl Knorre (1801-1883).

 Un cachet Karl Knorre évoquant l'astronomie.

L'Observatoire de Nikolaev.


Karl Friedrich Knorre n'était pas qu'un astronome. Dans un article récent, la revue Новiтня Фiлологiя nous apprend qu'il était aussi un poète. Il est l'auteur d'une longue romance en vers intitulée Luncide.


"Da entbrennt ihm der Muth
Es koste mein Blut
Ich will sie aus Banden und Ketten Erretten".

 Alors s'embrase son ardeur
Fut-ce au prix de mon sang
je veux de ses liens et chaînes la délivrer.


C'est fabuleux ça ; et oui, c'était l'époque où l'homme sacrifiait encore sa vie pour sa dame, dans un transport amoureux. Aujourd'hui nos astrophysiciens auraient un peu de mal à versifier, cependant il leur arrive de jouer avec les images pour mieux nous enseigner ce qui autrement resterait abstrait.

C'est incroyable, on a découvert après 1883 un hymne à la gloire de l'Observatoire de Nikolaev : An die Sternwarte.

Du holdes, lieblich lächelndes Haus,
Du siehst auf mich nieder so heiter
Du ziehst mich allmächtig zu dir hinaus
Du freundliche Himmels-Leiter !
Mir füllt sich die Seele mit ruhiger Milde
Vor deinem Bilde.

Toi, gracieuse demeure au sourire charmant,
Tu jettes sur moi un regard si enjoué,
Tu m’attires vers toi irrésistiblement,
Toi, aimable échelle céleste !
Mon âme s’emplit de douce paix
Devant ton image.

Suzanne Héral note, dans son excellent article sur Knorre :
"Aux yeux de l’astronome-poète, l’observatoire apparaît comme une échelle céleste l’invitant à s’élever jusqu’aux mystères de l’univers. Par la voie de la science sacrée de l’astronomie, cette échelle le libère des contingences terrestres propres à la condition humaine et lui fait goûter la félicité des bienheureux".
Tentons aujourd'hui un hymne comparable à la gloire du futur super-télescope de Cerro Armazones au Chili :

Tu as coûté un milliard d'euros,
Ô toi, montagne d'astronomie !
Nul ne dit que c'est trop,
Pour cette scientifique folie.

Je suis ravi d'avoir une enveloppe avec un astronome-poète comme Karl Knorre.

Thanks a lot Volodymyr.

Voir

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé