Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

8 septembre 2011

Le siècle du 11 septembre 2001

Le XXIe siècle a commencé le 11 septembre 2001 au matin. Les États-Unis étaient la cible d'attentats terroristes coordonnés extrêmement meurtriers. Des milliers de gens perdirent la vie, pas seulement dans les tours jumelles du World Trade Center à New York (il y eut la tragédie du vol 93 d'United Airlines et aussi le vol 77 tombé sur le bâtiment du Pentagone) et pas seulement le jour même (2.952 victimes directes, dont 2.752 à New-York). 

Aussi des victimes indirectes
Le nombre des victimes indirectes, dont celles qui ont inhalé les poussières mélangées de substances toxiques (amiante, fibres de verre, métaux) des trois bâtiments écroulés (la tour numéro 7 aussi), reste inconnu. Il pourrait atteindre plusieurs milliers de personnes : les autorités ont peut-être minimisé les risques sanitaires pour la population, et pour les sauveteurs new-yorkais exposés en particulier.

Comme à Iwo Jima, en 1945

 Le timbre-poste "Heroes" payé 45 cents, émis le 7 juin 2002,
dont une surtaxe de 11 cents puis de 8 cents au profit des familles
des personnels victimes des attentats du 11 septembre 2001.
USPS.

Le timbre de 2002 reprend l'image des pompiers (William Eisengrein, George Johnson et Daniel McWilliams) sur le site de Ground Zero devasté, quasi- lunaire. On lit sur Jereagis.com la description :
"Cette scène, devenue un symbole de la ténacité américaine dans cette épreuve, avait avait été saisie le 11 septembre par un photographe d'un journal du New Jersey, Thomas Franklin".
Études photographiques rappelle que les attentats du 11 septembre 2001 à New-York sont l'événement le plus photographié de l'histoire du photojournalisme et fait aussi le rapprochement avec l'émission philatélique américaine pour "Iwo Jima", en 1945.
"As soon as I shot it, I realized the similarity to the famous image of the Marines raising the flag at Iwo Jima. This was an important shot. It told more than just death and destruction. It said something to me about the strength of the American people and of these firemen having to battle the unimaginable".  Thomas Franklin.
 
 Les "Marines" dressent la bannière américaine
 à Iwo Jima, 3 cents, une émission du 11 juillet 1945.
(n° 929, Guide to U.S. Stamps, 35th Edition).
USPS.

 Un timbre de la Guinée-Bissau,
sur un bloc de 2003.

On trouve aussi des émissions non officielles, non reconnues par l'Union Postale Universelle, comme celles de la Mordovie (Mordovia). Elles peuvent avoir leur intérêt car on y voit le maire de New-York à l'époque : Rudolph Giuliani. Ces timbres ou vignettes montrent plus librement les acteurs-clés d'une actualité que les émissions officielles. On avait eu cela à propos de l'affaire Monica Lewinsky en 1998.

Inimaginable
La première fois que j'ai vu sur une chaîne de télévision française les images des tours new-yorkaises frappées par l'arme des Boeing, comme beaucoup, je ne comprenais pas ce qui se passait. Pendant au moins quinze secondes, j'étais dans une irréalité absolue : je voyais, j'entendais, je me disais "c'est vrai ?", et je ne réalisais pas. C'était inimaginable, puis effroyable au fur et à mesure que je comprenais.

90 nations
Voici ci-dessous le timbre-poste israélien dédié aux victimes des attentats du 11 septembre 2001. Il reprend le monument unique créé par l'artiste Eliezer Weishof à Jérusalem : on y lit les noms des êtres humains décédés, appartenant à de nombreuses nationalités (90).

Hommage de Jérusalem aux victimes du
World Trade Center,
une émission d'avril 2010.
Eliezer Weishoff / Israël Post.

Avec une vignette attenante : New-York en haut.

Voir sur YouTube la vidéo du monument inauguré à Jérusalem en 2009.

La France solidaire des États-Unis
L'Association TFWNF (The French Will Never Forget) organise une série de manifestations en France, dont une mise en place d'une réplique des tours jumelles sur l'esplanade du Trocadero à Paris.

Par ses racines, par ses prolongements militaires (les guerres dites préventives), le 11 septembre 2001 marque notre temps et laisse une impression de justice incomplète, malgré la mort au Pakistan, dix années après, du principal responsable de ces attentats. Il ne m'appartient pas de poser des questions à ce sujet, elles seraient nombreuses, puisque je ne suis ni citoyen américain ni parent de victimes.

Des théories fantaisistes se voient sur l'Internet : on y a lu que l'homme n'aurait jamais été sur la Lune ; les attentats du 11 septembre 2001 n'échappent pas aux thèses les plus farfelues. Pour ce dixième et triste anniversaire, je pense aux victimes, à leurs familles, à celles et ceux qui n'ont même pas pu récupérer le corps d'un disparu.

La civilisation peut-elle espérer ?
J'ai lu l'ouvrage collectif "12 septembre, l'Amérique d'Après", avec des points de vue et des dessins intéressants, dans lequel se trouve un texte de la cantatrice Barbara Hendricks, intitulé : l'espoir de la civilisation. L'idée que ces attentats sont une attaque contre la civilisation n'est pas fausse, puisque New-York est une ville planétaire.

Dans un article de l'architecte et urbaniste Jacques Ferrier, la nécessité de la ville est abordée : a-t-on encore besoin d'elle, à l'heure d'Internet ? La ville est apparue en Mésopotamie il y a des millénaires, est-il pensable d'y voir une création obsolète car trop dangereuse pour ses habitants à l'ère de l'hyper-terrorisme ?
"Nous vivons dans une époque d'actualités superficielles, 24 heures sur 24 qui font beaucoup de bruit mais ne nous informent pas réellement." Barbara Hendricks.

 12 Septembre, l'Amérique d'après.
Dix regards neufs sur l'Amérique de demain,
205 pages, Casterman, Radio France,
une couverture d'Enki Bilal.

Voir
US Flag and the tenth anniversary of 9/11 attack, sur Flags and Stamps (10/9/2011) 
Stamps on 10th anniversary of 9/11, sur Rainbow Stamp Club, le 11 septembre 2011
911memorial.org, le site officiel du Mémorial américain

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé