Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

31 janvier 2012

Apocalypse belge

Plusieurs billets furent consacrés aux anciens Mayas ici au mois de décembre 2011. À bien y penser, la fin d'un monde serait presque plus tragique qu'une fin du monde, tout simplement parce que chacun peut en parler après. Et oui, le tragique naît du récit qu'on peut encore en faire. Autrement, c'est le vide. L'excellente revue Philanews de Bpost nous fait découvrir l'émission belge dont la vente cessera, c'est dit, le 21 décembre 2012 quoi qu'il arrive.

Cette émission apocalyptique belge du 16 janvier 2012 nous montre un détail d'un panneau Maya, visible aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles. Ce Musée abrite une importante collection d'objets de l'Amérique précolombienne.

Un magnifique cachet Le calendrier Maya,
Premier Jour à Bruxelles le 16 janvier 2012.


Bpost prévoit également un souvenir spécifique pour ses abonnés, selon les informations figurant dans l'éditorial. L'animal représenté sur le cachet Premier Jour m'évoque un jaguar cérémoniel, bien que les taches ou rosettes de la peau ne soient pas visibles. Peut-être est-ce un jaguarondi, un félin court sur pattes dont la robe ne comporte pas de taches, et aussi présent dans l'aire mésoaméricaine.

La revue Philanews consacre sa page 6 à son émission
sur le calendrier Maya.

L'illustration choisie par Bpost est assez douce, on va dire, car il existe des figurines Mayas plus effrayantes dont certaines étaient présentées dans le catalogue de l'exposition des Mayas à Venise en 1998. 

On ne trouve pas sur le feuillet belge de représentation directe du calendrier qui montrerait les différents cycles Mayas (les calendriers haab et tzolkin), ni non plus d'image évoquant une quelconque catastrophe. On reste avec la vision d'un félin énervé comme un diable de Tasmanie et d'un détail de fresque. L'animal ne nous regarde pas de face, ce qui atténue sa dangerosité.

Remercions Bpost pour cette belle émission de janvier 2012. On aurait peut-être pu mettre en évidence la précision mathématique atteinte par ce peuple, grâce à des observatoires, à des compilations d'observations célestes effectuées sur des générations, malgré l'hostilité du milieu naturel.

Les Mayas avaient, ne l'oublions pas, ce que nos villes modernes nous ont fait perdre : un ciel limpide. L'éclat de Vénus, si importante pour les Mayas, y était par exemple incomparable.

Un superbe feuillet belge de 5 timbres marqués
"Calendrier Maya".
Le timbre, destiné à l'international, montre un roi de
cité Maya, avec sa coiffe complexe, ou du moins un 
membre d'une lignée royale.

Et même des vignettes d'affranchissement :
extraordinaire !


PS) Si des visiteurs peuvent nous éclairer davantage sur ces objets Mayas choisis par Bpost, ce serait super.

Voir
Bpost, le calendrier Maya et Eshop

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé