Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

22 mai 2012

Pacific 231

Ce n'est pas Fahrenheit 451 mais Pacific 231, le nom de la locomotive à vapeur que vous attendiez tous. Dans mon imaginaire, Pacific 231 se présentait comme un périple en Pontiac décapotable blanche roulant à train d'enfer sur une interminable "highway"  - la 231 vers la côte Pacifique - où, les cheveux au vent, je serais parti avec Jasmine du film Bagdad Café.

En fait, non. Il s'agit tout techniquement d'essieux de la loco. Alors, nous avons deux essieux porteurs à l'avant, trois essieux moteurs et un essieu porteur à l'arrière ; cette configuration donne ce nom de 231 ou machine 10851, construite en Allemagne en 1912, et qui deviendra la K8 en 1947.

Le centenaire de la Pacific 231 : 1912-2012.
Le feuillet gommé du Souvenir avec le timbre émis le 14 mai 2012.
Création et gravure C. Jumelet / D'après photographies J.L. Issartel, G. Nagel / Phil@poste.


Cette machine consommait environ 1,5 tonne de charbon pour 100 kilomètres parcourus et atteignait la vitesse de 130 kms/h en service. Le site Roland.arzul nous donne des informations sur les locomotives Pacific 231 achetées par le réseau français depuis la veille du premier conflit mondial jusqu'en 1934. Le site des passionnés du Pacific Vapeur Club indique que 4 constructeurs livrèrent 283 locomotives Pacific à l'État pendant et après le conflit. Cette locomotive fut classée monument historique en 1987 et a inspiré le nom d'un centre artistique pour les arts de la rue : l'Atelier 231 à Sotteville-lès-Rouen, implanté dans une ancienne friche industrielle.

La couverture du Souvenir philatélique.
D'après photographies J.-F. Bénard / Phil@poste.

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé