Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

31 mai 2012

SMG, késako ?

Savez-vous ce que signifie l'acronyme SMG, utilisé comme mot-clé sur le réseau social Twitter ? Je l'ai vu aujourd'hui à propos d'une vidéo du Groupe La Poste. On nomme aussi un mot-clé un "hashtag".


Le site des acronymes donne une liste de 57 définitions possibles pour SMG qui vont de System Management Group à Semantic Message Gateway en passant par Senile Macular Degeneration. En fait, ce n'est aucune de ces multiples définitions car il s'agit de l'acronyme de Social Media Guidance qu'on peut traduire par la conduite à tenir sur les réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, les sites web et les forums, ou le guide des bonnes pratiques.

Twitter La Poste
 Un micro-message de La Poste le 31 mai 2012.

Le but principal est, à l'ère d'une communication débridée des individus sur les réseaux sociaux (plus particulièrement des salariés des entreprises ou des fonctionnaires), de rendre les internautes responsables de ce qu'ils diffusent.

L'entreprise, petite ou grande, n'est pas une boîte transparente qui donnerait le droit à chacun de raconter à la planète entière ce qui s'y passe ou aussi ce qui ne s'y passe pas. D'où les guides des bonnes pratiques. Par exemple, la chaîne BBC a rédigé son "SMG" en juin 2011 et progressivement toutes les institutions et sociétés privées y viennent. C'est aux entreprises à former et à informer leurs salariés, afin qu'ils connaissent les limites à leur liberté d'expression sur l'Internet. C'est ce que fait La Poste avec cette vidéo et c'est bien conçu.

Une vidéo de sensibilisation à l'usage des "médias sociaux"
 réalisée par La Poste, s'adressant à tous les postiers.


Un extrait du Guide des bonnes pratiques sur les médias sociaux,
de La Poste (accessible par le lien donné en fin de billet).

Voir
Vidéo de sensibilisation à l'usage des médias sociaux et guide des bonnes pratiques sur les médias sociaux, Groupe la Poste, le 31 mai 2012

Complément ajouté le 1er juin 2012 :
Les mots-clés sont-ils soumis à la Loi Toubon sur Twitter ?

Langue française
Alors j'entends des voix qui font remarquer que l'acronyme SMG n'est pas français et que la langue de la République Française est le français, selon l'article 2 de la Constitution de la France. Dans la mesure où le mini-message de La Poste s'adresse d'abord à ses salariés qui sont en grande majorité situés sur le territoire de la République, et comme toute inscription ou annonce apposée ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun et destinée à l'information du public doit être formulée en langue française (article 3 de la loi Toubon de 1994), Twitter n'étant pas moins public qu'un lieu public, un acronyme étant une inscription, il ne semble pas hors de la logique de souhaiter l'usage par La Poste d'un acronyme de mots appartenant à la langue française sur Twitter.

Quelques minutes pour trouver le sens
Pour compléter cette réflexion, je précise que - bien qu'étant un utilisateur français de Twitter depuis 2009 - l'acronyme SMG ne fut pas immédiatement compréhensible par moi, cela m'a demandé quelques minutes pour en comprendre le sens. J'ai dû utiliser un dictionnaire anglophone des acronymes, puis c'est une interrogation sur les moteurs de recherche qui fournit la réponse, avec la note du guide de la BBC.

Le public visé n'était-il pas le même ?
Le mot-clé du micro-message s'adressait-il plutôt aux spécialistes de la communication sur l'Internet ? On arriverait à l'idée que le corps du mini-message publié le 31 mai 2012 par La Poste et son second mot-clé ne visaient pas le même public, d'où le caractère partiellement bilingue du mini-message.

Mais la Loi Toubon permet-elle qu'un morceau de message soit rédigé en français, et un autre pas, au motif que le public visé n'est pas le même ? L'article 4 stipule : "Dans tous les cas où les mentions, annonces et inscriptions prévues aux articles 2 et 3 de la présente loi sont complétées d'une ou plusieurs traductions, la présentation en français doit être aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langues étrangères".

Cela devient compliqué, sauf à dire que les mots-clés sur Twitter ne seraient pas soumis à la loi française, instruments extraterritoriaux de recherche de l'information en quelque sorte, davantage qu'inscriptions sur le territoire de la République. Le raisonnement doit pouvoir être affiné en arguant que le format contraignant de Twitter (140 caractères) ne permet pas le développement de traductions.

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé