Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

24 mars 2013

Trois Marianne au choix

Je reviens après une courte absence. Pour la première fois, la tradition de renouvellement des timbres-poste à l'effigie de Marianne implique une trentaine de lycées, représentant les académies, choisis par le Ministère de l'Education nationale. Une pré-sélection de trois projets d'artistes parmi quinze est réalisée par nos lycéens constituant le jury réuni à Paris, et le choix définitif reviendra au Président de la République le 14 juillet 2013. 

Le timbre finalement retenu sera émis à partir du 15 juillet. Cette Marianne nouvelle doit symboliser au mieux les valeurs de la jeunesse pour la durée du quinquennat. Il reste aujourd'hui trois projets en lice et les maquettes des quinze projets peuvent être vues une nouvelle fois sur le site du Cercle des Amis de Marianne, dont le lien figure en fin de billet.

Parmi les projets non pré-sélectionnés par les lycéens, il y avait aussi des maquettes intéressantes, comme la Marianne de Boos qui nous livrait son sourire contracyclique et rafraîchissant, nécessaire dans une France de la croissance à zéro, durable.

La Marianne d'André Boos,
au sourire éclatant : une valeur de la jeunesse ?


Les valeurs de la jeunesse : si différentes ?
Avant d'en venir aux trois projets pré-sélectionnés par les lycéens, posons-nous une question simple : quelles sont les valeurs de la jeunesse ? Les sociologues ne nous disent-ils pas que la jeunesse est une catégorie aux contours incertains ? Qu'elle reste très diverse ? Et en quoi les comportements de nos jeunes différeraient fondamentalement de ceux des catégories plus âgées ? 

Si les inégalités hommes-femmes persistent tant dans ce pays en 2013, c'est bien que la jeunesse des années 1970-1980 n'était pas si ouverte que cela. L'ouvrage d'Olivier Galland et Bernard Roudet sur les valeurs de la jeunesse semble indiquer que ces dernières se rapprochent en effet des valeurs adultes. On peut quand même noter qu'une des caractéristiques de la jeunesse actuelle est de subir ce qui est décidé sans elle, mais il ne s'agit pas d'une valeur, seulement d'un destin.

Le revers de l'appel fait aux valeurs de la jeunesse, c'est qu'il peut être la marque d'une panne d'une collectivité, qui ne parvient plus à innover, dont les rouages sont corrodés par le jeu des tribus où dominent l'individualisme et les projets à courtes vues. Alors on trouve comme une fonction sotériologique à la jeunesse pour se laver du péché d'immobilisme. On le voit, le débat sur les valeurs de la jeunesse revient en boomerang sur ce qu'est devenu le cœur sociétal de collectivités vieillissantes en Europe.

Les trois Marianne finalistes
Je ne vais pas indiquer ma préférence, pour me limiter à quelques commentaires généraux.

Le projet de Patrice Serres :
une Marianne en timbre réversible et célébrant la France de la diversité.


Le projet d'Olivier Ciappa et David Kawena :
une Marianne séductrice, avec une main gauche visible, 
geste indiquant la dialectique en action.


Le projet de Sophie Beaujard :
une Marianne, juvénile et spontanée ; elle laisse tout espérer.
 
  • Il n'y a plus d'étoiles sur notre Marianne. Il s'agissait d'un ajout européen non nécessaire dans l'affirmation du symbole de la République.
  • On ne voit pas de Marianne au tarif économique (Ecopli), de couleur grise, et on ne sait pas ce qu'elle devient dans cette affaire. Comme Cendrillon, elle est interdite de bal, elle n'a pas pu aller au Château, hein.
 
L'Ecopli n'ira pas à l'Élysée.


Trois chevelures au choix
Disons quelques mots au sujet des chevelures, vous savez que la chevelure est un élément important dans l'affirmation de la féminité, même pour un symbole. La Marianne de Serres est vraiment la plus rêche des trois : elle a enfilé son bonnet au sortir du lit pour aller droit à Versailles embarquer l'autrichienne. La Marianne de Sophie Beaujard paraît femme-enfant, donc il n'est pas besoin de s'apprêter, et celle de Ciappa et Kawena a un côté starlette, son bonnet phrygien n'est là que pour souligner la sensualité d'une blondeur supposée. 

Attendons maintenant le 14 juillet pour connaître la future Marianne.
Voir
Un timbre au visage de la jeunesse, communiqué de presse du 12 février 2013
La future Marianne à l'honneur le 14 juillet prochain, Cercle des Amis de Marianne le 16 février 2013
La Marianne du quinquennat de F. Hollande dans la dernière ligne droite, un billet du Blog Philatélie au quotidien du 18 mars 2013

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé