Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

17 octobre 2013

Du massacre des Albigeois

Dieu n'a pas reconnu les siens

Nous restons dans l'histoire, avec l'émission d'un bloc-feuillet de deux timbres-poste du 12 novembre 2013 dans la série Les Grandes Heures de l'Histoire de France inaugurée en 2012. 

Il s'agit de commémorer la victoire des forces oppressives du Nord de la France venues pour mater l'aspiration des Albigeois, ou bonshommes, à pratiquer librement une religion dépouillée, basée sur une interprétation plus ou moins manichéenne du monde et sur une individuation de l'engagement spirituel : le Catharisme. Cependant, aucun texte cathare ne fait référence à Manès. Ce fut une saine dissidence plutôt qu'une hérésie, un ultime et intéressant scintillement de la pensée gnostique au XIIIe siècle.

La Prise de Tournoël en 1212 et la Bataille de Muret en 1213.
Les Grandes Heures de l'Histoire de France,
une émission du 12 novembre 2013.
Louis Boursier / Phil@poste.

Ce bloc-feuillet évoque deux épisodes de la première croisade contre les Albigeois : la prise de la forteresse de Tournoël (située en Basse-Auvergne) à la fin de 1212 et la bataille de Muret (au Sud de Toulouse, dans l'actuel département de Haute-Garonne) en 1213. Le seigneur local Guy II, comte d'Auvergne, qui n'hésitait pas à attaquer des monastères, dût céder Tournoël face à l'armée royale commandée par Guy II de Dampierre. Pierre II d'Aragon fut tué à la bataille de Muret face à Simon IV de Montfort, dont l'armure sentait la chair cramée des malheureux suppliciés...

Le château de Montségur en Ariège, 
forteresse reconstruite sur un castrum antérieur :
le 16 mars 1244 les 200 Cathares préférèrent courageusement la mort à l'abjuration.
Une émission du 17 septembre 1984.
Claude Durrens / Postes.

Ces faits de guerre allaient culminer dans l'horreur (après le massacre de Béziers) avec le bûcher de Montségur en 1244 puis la fin de tout projet d'une Occitanie possiblement indépendante, déjà préparée par le Traité de Meaux-Paris de 1229. C'est donc une émission française qui écrit l'histoire dans le sens des vainqueurs, comme souvent.

Le château de Peyrepertuse dans l'Aude
est construit sur un pic rocheux à 800 mètres d'altitude.
Une émission du 20 septembre 2004 dans "Portraits de régions n° 4".
Photo P. cartier / Agence Images / ITVF.

Le Catharisme s'éteindra en France peu après 1321 (avec des exécutions jusqu'en 1329 au moins), date du supplice sur le bûcher du dernier parfait ou dit-parfait connu, Guilhem Bélibaste. J'écris dit-parfait car je lis que Guilhem Bélibaste prit des libertés avec ses engagements. Une de ces libertés s'appelait Raimonde.

La cité de Carcassonne :
il y eut beaucoup d'adeptes du Catharisme derrière ses murs.
Une émission du 9 septembre 2013 du carnet Patrimoines de France.
Stéphane Humbert-Basset / Phil@poste.

Complément du 18 octobre 2013 :
La pensée cathare ne se termine pas avec les derniers Cathares. Il m'est arrivé dans les années 1980 de rencontrer des gens dans l'Albigeois qui étaient inspirés par un christianisme très pur, influencés aussi par la gnose,  par Rudolf Steiner ou Peter Deunov. Il y a quelque chose d'unique dans cette région, impossible à trouver au Nord de la Loire, une activité syncrétique qui échappe toujours au dogme romain ou plutôt à ce qu'il en reste aujourd'hui en France (eh oui, la déchristianisation nivelle par le bas le niveau des ouailles en théologie fondamentale).

Voir
Bloc-feuillet les grandes heures de l'histoire de France, sur Citadelle.org le 10 novembre 2013
La Batalha de Murèth, sur Jornalet.com
Clovis et Sainte-Geneviève, un billet du 15 novembre 2012
Albi, la cité épiscopale, un billet du 28 septembre 2011
Un autre timbre-poste de village fortifié en pays cathare : Minerve, sur Phil-Ouest (1993)
Archives de France, la Bataille de Muret (1213) 
Les Cathares, sur Histoire-france.net
Les Amis du Sabartès, sur Occitanie-cathare.blog4ever.com
Le château de Tournoël
La vie aventureuse de Guilhem Bélibaste, sur Polymathe.over-blog.com 
Bélibaste, l'imparfait cathare né au pied de Bugarach et la fin d'un monde, sur Paradge

D'autres brûlé(e)s vif(ves) pour d'autres hérésies dissidences :
Michel Servet (1511-1553), sur le blogue Libertedecroyance.blogspot.fr
Jeanne d'Arc icône française, le 6 janvier 2012
Sorcellerie, un billet du 13 février 2012

Note
Mon sous-titre est une allusion à la phrase attribuée sans doute à tort par le moine Césaire de Heisterbach à Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux, légat du Pape Innocent III : "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens" ou plutôt "Massacrez-les, car Dieu connaît les siens", lors du siège meurtrier de Béziers en 1209. Dire le contraire Dieu ne reconnaît pas, c'est enlever avec raison tout aspect sacré à des conflits qui utilisent la religion pour justifier le pire en l'homme.

Complément du 21 octobre 2013 :
Je retrouve dans ma bibliothèque L'encyclopédie des mots historiques (Famot, 1980) : "Arnaud Almaric, 1209. Le récit du moine allemand n'étant corroboré par aucun témoin oculaire, il y a tout lieu de penser que l'abbé de Cîteaux n'a jamais prononcé ces paroles d'un humour très noir".

Ce billet a été actualisé le 21 octobre 2013.

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé