Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

3 octobre 2013

Hausse du prix du timbre en 2014

Tout augmente mais qu'importe

Le prix du timbre augmente à partir du 1er janvier 2014 en France, avec une hausse moyenne de 3 % sur l'ensemble des tarifs postaux. Ce n'est pas vraiment une surprise. Les augmentations de tarifs sont plus sensibles sur les timbres d'usage courant : + 4,8 % pour la lettre prioritaire et + 5,2 % pour la lettre verte. L'Ecopli passe de 0,56 € à 0,59 €.
 
Une hausse sensible du timbre français au 1er janvier 2014 :
0,66 € pour une lettre prioritaire et 0,61 € pour une lettre verte.

Comme d'habitude, l'argument d'un effet limité de ces hausses sur le budget des ménages français ressort et il n'y a toujours pas de tarif économique à l'international. Il s'agirait de préserver un haut niveau de qualité du service universel selon La Poste. D'ailleurs, la charte d'engagement du courrier a été actualisée avec par exemple la possibilité de demander gratuitement une deuxième présentation le lendemain à son domicile des courriers remis contre signature. Voir Le courrier se réengage sur le site du Groupe La Poste.

Comme vous le savez, le pouvoir d'achat des Français stagne non seulement parce que la croissance économique est miteuse, mais aussi du fait de l'évolution de la composition des ménages selon l'article publié par O. Bouba-Olga en 2012. On peut affirmer sans peine que le prix du timbre-poste interfère peu avec ces évolutions défavorables de la société française.

Le timbre-poste est l'exemple d'un produit dont le prix augmente alors que sa demande est à la baisse car le courrier disparaît, avec une érosion en volume de plusieurs pour-cent* par an.

D'autres augmentations interviendront certainement d'ici 2018, au-dessus de l'inflation constatée en France, dans un volume du courrier encore plus réduit.

Voir

* pour-cent : j'applique la règle qui me convient, donnée par le forum Wordreference le 16/12/2012 :
Précédé d'un numéral, on l'écrit normalement toujours en deux mots et cent reste alors bien évidemment invariable (dix pour cent). Employé nominalement avec un déterminant (quelques, plusieurs, une vingtaine de, les, ces, etc.), on l'écrit soit en deux mots avec un trait d'union, auquel cas il est généralement invariable (quelques pour-cent), soit en un mot, auquel cas c'est un substantif comme les autres et il s'accorde (quelques pourcents).

PS : avez-vous vu mon sous-titre : Tout augmente mais qu'importe ? Je fais l'effort de coller au réel.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Au canada le timbre passe de 63 cents à 1 dollar en 2014.

Jean Deschamps a dit…

La baisse du volume du courrier fait très mal au prix du timbre pour nos amis canadiens. prix du timbre.

Un billet proposé