Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

20 juin 2014

Les martyrs de Tulle

Un crime de guerre

Le 9 juin 1944, à la veille du massacre d'Oradour-sur-Glane, la division blindée SS Das Reich commettait une rafle suivie d'un crime de guerre à Tulle, en Corrèze. Il y eut 99 hommes pendus, certains à des lampadaires ou aux balcons. 149 habitants furent déportés au camp de concentration de Dachau dont 101 mourront pendant le trajet ou en déportation. Tulle fait partie, avec le massacre de Maillé (en Indre-et-Loire), des crimes allemands terrifiants perpétrés en 1944 et moins connus que ceux d'Oradour.

La Fondation de la Résistance a précisé en 2007 que la "logique de la répression" se fondait sur des instructions générales antérieures au 6 juin 1944. Ce n'est donc pas la nouvelle du débarquement en Normandie qui est partout à l'origine des atrocités commises par les allemands à l'encontre des civils. Il y avait une idéologie criminelle, y compris dans la Wehrmacht, épaulée localement par des membres de la Milice du régime traître de Vichy.

Les martyrs de Tulle, il y a 70 ans,
un hommage aux victimes.
Une émission de la France le 10 juin 2014.
Didier Jean & Zad / Phil@poste.


Le timbre-poste des Martyrs de Tulle représente la sélection effectuée par les nazis entre les Tullistes pris en otage, ceux qui seront pendus et ceux qui seront déportés. En arrière-plan, le bâtiment évoque la manufacture d'armes où fut effectué ce tri criminel. La répression se poursuivra à Tulle jusqu'en juillet 1944. Le timbre s'inspire d'une planche de l'album destiné à la jeunesse (le cycle 3) de Didier Jean et Zad C'était écrit comme ça, paru en 2010 chez l'éditeur 2 Vives voix, qui raconte cette journée brisée de juin 1944 à Tulle.
"Tulle a échappé à la mémoire nationale. Pourquoi ? Peut-être est-ce dû au fait que les Tullistes ont assisté au martyre des leurs après un processus de tri. Je crois qu’il n’y a rien de plus avilissant que de trier les futures victimes devant leurs proches, de sélectionner ceux qui resteront en leur laissant la culpabilité inconsciente d’avoir pris la vie d’un autre". Véronique Nahoum Grappe, anthropologue (Tulle, 2001).

La déportation de civils à elle-seule permet de qualifier de crime de guerre le sort infligé aux habitants de Tulle le 9 juin 1944, selon la définition du Tribunal de Nuremberg (1945). Il existe également des textes antérieurs sur les lois et coutumes de la guerre (droit de La Haye).

 Oradour, juin 1944,
une émission de la France le 13 octobre 1945
(vu sur WikiTimbres).
R. Serres / Postes.

La France applique depuis août 2010 la prescription à 30 ans des crimes de guerre mais la justice allemande ne ferme pas si vite les dossiers (pas de prescription pour les crimes nazis), puisqu'elle enquête depuis 2010 sur plusieurs octogénaires suspectés dans le massacre d'Oradour-sur-Glane. L'instruction paraît tardive, du côté allemand : pour une poignée de responsables inquiétés, combien sont morts tranquillement dans leur lit ? Les condamnations par contumace au procès de Bordeaux montrent qu'il n'existait pas en 1953 une volonté allemande marquée pour que la justice soit rendue.

Il est important de conserver, soixante-dix ans après, la mémoire des massacres commis par les nazis, indépendamment des différences qui peuvent opposer les citoyens, de l'usure visible des institutions françaises actuelles ou de la corrosion du socle du bien commun par l'individualisme économique. Le Président a d'ailleurs repris le thème du rassemblement à l'occasion de la commémoration à Tulle le 9 juin 2014, comme en 1945 le Général de Gaulle à Oradour avait demandé aux Français de rester ensemble. En 1945 c'était une demande dans un climat d'Épuration (avant les amnisties) ; en 2014 c'est plutôt la faiblesse d'un pouvoir exécutif dans l'opinion publique qui rend plus nécessaire le besoin d'unité nationale.

Voir
Le massacre de Tulle, un article de Wikipédia
Tulle, le 9 juin 1944 sur Peuple et Culture
Tulle en Corrèze, un billet du 7 mai 2012
Pendus de Tulle : Jean Viacroze témoigne, sur La Montagne.fr le 9 juin 2012
La répression en France à l'été 1944, Fondation de la Résistance (2007)
C'était écrit comme ça, de Didier Jean et Zad, sur Amazon

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé