Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

20 janvier 2015

Sarajevo le 28 juin 1914

L'assassinat de l'héritier de l'empire austro-hongrois

La commémoration du centenaire de la première guerre mondiale devait inclure l'événement déclencheur de ce conflit, avec une émission de l'Autriche montrant l'assassinat à Sarajevo de l'archiduc François-Ferdinand et de son épouse Sophie Chotek, duchesse de Honhenberg. Vous noterez que la faciale du timbre-poste de l'épouse (0,70 €) est plus élevée que celle de l'époux (0,62 €) ; Sophie debout paraît encourager ou consoler - avec une expression affectueuse - son archiduc de mari resté assis.

L'attentat de Sarajevo le 28 juin 1914,
un bloc-feuillet émis le 28 juin 2014 par l'Autriche.
Regina Simon / Post.at.

Que dit mon Berstein et Milza (Histoire du XXe siècle, tome 1, la fin du monde européen) ? 
Le 28 juin 1914, alors qu'il visite, au cours de grandes manœuvres, la ville de Sarajevo en Bosnie, l'archiduc héritier d'Autriche François-Ferdinand est assassiné par un étudiant bosniaque, Princip, membre d'une société secrète liée au mouvement nationaliste "yougoslave".
Princip est certainement l'étudiant qui a fait le plus de dégâts sur le continent européen, pourrais-je affirmer sans tenir compte des tensions qui étaient accumulées avant 1914. Si l'assassinat se passait aujourd'hui, des commentateurs écriraient trop vite que Gavrilo Princip n'était pas gâté par la vie, et que donc l'étudiant rebelle ne pouvait qu'en arriver là, cherchant des explications sociales ou sociologiques aux crimes commis... Il n'est pas possible de raisonner ainsi. Des internautes découvriraient sans doute un complot imaginaire dans l'attentat de Sarajevo et même prétendraient que la comtesse Sophie Chotek a survécu. Par bonheur, l'Internet n'existait pas en 1914*.

Il y eut de la joie à Belgrade après l'assassinat mais en diplomatie, il n'est pas bon de se réjouir ouvertement du malheur des autres ni de brûler les drapeaux qui sont bien-sûr, hier comme aujourd'hui, beaucoup plus que des bouts de tissu. Ne mettons pas tout sur le dos de la Serbie, car l'Allemagne porte une responsabilité particulière, surtout si l'état-major allemand croyait à une guerre en Europe inéluctable.
L'empereur François-Joseph Ier (1830-1916),
roi de Hongrie et de Bohême.
Une émission de l'Autriche du 10 novembre 2012.
Silvia Moucka  / Post.at.

Sophie Chotek fut doublement victime : d'un attentat à Sarajevo et aussi d'une reconnaissance relative par l'empereur François-Joseph vieillissant qui lui refusa le titre d'archiduchesse. J'avais montré le timbre-poste de François-Joseph émis en 2012. Il y eut donc un mariage morganatique de Sophie et de François-Ferdinand en 1900. 

Un mois après le double-assassinat à Sarajevo, l'Autriche-Hongrie déclarait comme on le sait la guerre à la Serbie et le mécanisme des alliances a mené à la catastrophe.

Voir
Post.at
Portrait de Sophie Chotek, sur Noblesse et Royautés
Sarajevo 1914, quand un coup de feu accouche de l'Histoire, sur Le Figaro le 27 juin 2014
François-Joseph Ier, un billet du 13 novembre 2013
Le fil Grande Guerre sur OLT

(*) "Par bonheur, l'Internet n'existait pas en 1914". Se demander en 2015 si l'existence de l'Internet est une erreur dans l'histoire récente devient une pensée recevable. Le sentiment que l'art de la nuance déserte peu à peu une agora numérique de moins en moins noble, on va dire, se fait jour.

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé