Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

31 mars 2015

Constance d'Arles, reine de France

Une intrigante

La France a émis le 16 mars 2015 un bloc-feuillet de deux timbres-poste sur la basilique cathédrale de Saint-Denis. Attardons-nous sur le beau timbre-poste des gisants. Il s'agit de Robert II le Pieux, fils d'Hugues Capet et roi de France de 996 à 1031, et d'une de ses épouses, Constance d'Arles.

Gisants de la basilique cathédrale de Saint-Denis,
une émission du 16 mars 2015 : au premier plan, une intrigante.
Création et gravure de C. Andréotto, d'ap. photos
Jean-Claude N'Diaye / La collection / Phil@poste.

Que dit mon dictionnaire des rois et reines de France ? Robert II le Pieux était un esprit fin et cultivé. Il a répudié une première femme nommée Rozala (pour mésentente) puis une deuxième nommée Berthe (pour stérilité).

Il est indiqué que Constante d'Arles eut le mérite d'assurer la descendance royale mais que l'union ne fut guère heureuse "en raison de la personnalité désagréable de la nouvelle reine". Une emmerdeuse ? Plutôt une acariâtre et une femme cruelle il semble. Wikipédia la présente comme une reine à poigne. Le Pieux ou le pauvre Robert a continué de voir Berthe après son mariage avec Constance, donc il y eut un adultère royal ou du moins une persistance du commerce charnel on va dire. C'est intéressant comme situation, à la frontière de la polygamie.

Les souverains paraissent trop proches avec leurs gisants. Normalement, on aurait dû placer Constance à part puisque non seulement elle fut insupportable mais encore elle encouragea une rébellion féodale.

Le roi Dagobert Ier (ici sur un cachet de Clichy),
de la dynastie mérovingienne, est à Saint-Denis.

C'est le roi Dagobert Ier qui fut le premier a être inhumé dans la nécropole royale de Saint-Denis, après la reine franque Arégonde (Arnegundis). La tombe de cette reine fut découverte en 1959 à l'abbaye de Saint-Denis. La nécropole royale rassemble plus de 70 gisants, avec quelques exceptions comme celle de Louis XI, souverain inhumé à la basilique Notre-Dame de Cléry Saint-André. C'est donc dans le Loiret qu'il faut prier pour l'âme du roi au chapeau en poils de bièvre, le dit créateur de la poste royale (voir l'Echo des Beffrois n°1).

La basilique cathédrale de Saint-Denis,
une émission de la France le 16 mars 2015.
Création et gravure de C. Andréotto, 
Jean Feuille / Centre des monuments nationaux,
d'ap. photos Jean-Claude N'Diaye / La collection / Phil@poste.

Puisque 2015 est le tricentenaire de la mort du roi Louis XIV, j'ai noté que sa tombe a été profanée le 14 octobre 1793. Alexandre Maral, dans son ouvrage Les derniers jours de Louis XIV, cite Lenoir qui précise que Louis XIV a été retrouvé dans un état assez sain, mais très desséché et la peau collée sur les os, sa dépouille étant toutefois noire comme l'encre. Le corps du monarque fut, comme on le sait, vandalisé puis précipité dans la fosse commune sur celui d'Henri IV. La dépouille de Marie-Thérèse d'Autriche suivit, elle tomba dans la fosse la tête renversée et les jambes restèrent à la perpendiculaire. Tout cela n'est pas très glorieux pour les révolutionnaires. Ces profanations font partie de l'histoire de la basilique cathédrale de Saint-Denis.

Voir
Liste des gisants de Saint-Denis, sur Monuments nationaux.fr (les emplacements)
Robert II le pieux, sur Wikipédia
Constance d'Arles, sur Wikipédia
Hugues Capet, sur Rodovid.org
Le tombeau du roi Dagobert à Saint-Denis, sur Saint-Denis, cimetière des rois

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé