Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

12 juillet 2015

Prison de luxe

La prise de la Bastille le 14 juillet 

Le 14 juillet 1789 a été commémoré par d'autres pays que la France, ci-dessous nous avons par exemple un timbre-poste de la prise de la Bastille émis par la Russie, lors du bicentenaire de la Révolution. Le 14 juillet commémore la fête de la Fédération en 1790, premier anniversaire de la prise de la Bastille et fête nationale depuis 1880.

La prise de la Bastille,
une émission de la Russie en 1989,
dans le cadre du bicentenaire de la Révolution française.

Le bâtiment, symbole de l'arbitraire royal, fut rapidement démoli. La prison de la Bastille était plutôt une prison de luxe, malgré la description faite par le sulfureux Cagliostro dans une lettre de 1786, si nous la comparons aux geôles sinistres de la prison du Châtelet à Paris avec ses murs suintants. 

L'une d'elles se nommait fin d'aise : les détenus y croupissaient au milieu des ordures et de la vermine. Il y avait aussi la fosse, où les prisonniers séjournaient les pieds dans l'eau en permanence. L'espérance de vie des prisonniers était grandement diminuée au Châtelet, parfois à peine un mois.

Le bâtiment de la Bastille en cours de démolition, 
une émission de 1989 de la République centrafricaine
d'après une huile sur toile d'Hubert Robert (1733-1808)
conservée au Musée Carnavalet.

J'avais déjà montré le bloc-feuillet émis par la France en 2012 avec sa carte du Paris de 1705 incluant le Grand Châtelet ou Forteresse du Grand Pont (pont au Change).

Le fond du bloc de 2012 provient d'une carte publiée en 1705 représentant
«Lutèce conquise par les François sur les Romains »
par le cartographe Jean Baptiste Bourguignon d'Anville
et gravée par Antoine Coquart.
2 timbres à 1,35 €, tarif vers l'Europe jusqu'à 50 grammes.
Louis Boursier / Phil@poste.

Le Grand Châtelet fut détruit de 1802 à 1810. La forteresse n'était d'ailleurs pas qu'une prison : même les cadavres des malfrats pouvaient être condamnés par le Parlement de Paris à y être trainés sur une claie et pendus sur une jambe. C'était une morgue repoussante d'après la description étudiée par Aldophe Guilllot en 1887, en plus d'être une cité administrative et judiciaire.

Détail de la carte : l'horreur de la Forteresse du Grand Pont
ou le Grand Châtelet, avec ses geôles sinistres.
Louis Boursier / Phil@poste.

 Illustration de "Paris qui souffre, la basse geôle du Grand Châtelet"
par Adolphe Guillot, ouvrage publié en 1887.
BNF.

L'auteur, évoquant le code pénal de 1800 dans son chapitre sur les pauvres et les suppliciés, nous parle du droit des familles à récupérer le corps des suppliciés :
"Il est rare que les familles usent de leurs droits ; d'ailleurs comme l'autorité administrative chargée de l'exécution a soin de ne pas les prévenir du jour où elle aura lieu, les réclamations arrivent presque toujours tardivement, alors que le cadavre a déjà été porté à l'amphithéâtre, et que les journaux, mieux informés, ont publié les moindres détails d'expériences étranges que l'intérêt de la science peut justifier mais sur lesquelles il conviendrait de jeter un certain voile, ne serait-ce que par respect pour de grandes douleurs".
Je comprends que des années après 1790 la situation au Châtelet restait catastrophique tant pour les condamnés que pour leurs proches. La basse geôle demeura active durant toute la Révolution. Le registre du guet a constaté le 14 juillet 1789 l'envoi de trois cadavres tués à la prise de la Bastille. La tête de De Launay après son lynchage a été peut-être envoyée là mais le registre ne comptait plus les têtes : "quant aux têtes, il n'en était plus question ; c'étaient sans doute celles de De Launay [le gouverneur de la Bastille] et de Flesselles [le prévôt des marchands]" (Paris qui souffre, par A. Guillot).

Voir
La prison du Châtelet, sur Le forum de Marie-Antoinette
Le Grand et le petit Châtelet, par Philippe Poisson en 2005
Fête de la Fédération, un article de Wikipédia
Fête nationale du 14 juillet, sur Elysee.fr
Le 14 juillet, la naissance d'une fête nationale sur le réseau Canope.fr
Qui étaient ces prisonniers libérés le 14 juillet 1789 ? sur Par çi, par là
Paris qui souffre, la basse Geôle du Grand Châtelet et les Morgues modernes par Adolphe Guillot (1887), BNF
Le prévôt des marchands, un article de Wikipédia
Traduction d'une lettre écrite par M. le comte de Cagliostro, Londres le 20 juin 1786, Cagliostro Letter to french people, sur Scribd
L'affaire du collier de la reine, sur Historyweb.fr, le plus grand scandale de la monarchie française, en trois parties
Guillotinée, un billet du 16 octobre 2013

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé