Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

2 septembre 2015

Le tambour et Versailles

Ah ça ira

Rêver du mobilier d'argent qui chatoie à Versailles sous la lumière d'innombrables chandelles peut faire oublier l'essentiel. La commémoration du tricentenaire de la mort du roi Louis XIV est comme le film négatif, royal mais négatif, de l'apport des Lumières et de la Révolution de 1789. 

Que c'était stimulant de jeter à bas des siècles d'obscurantisme et de sujétion à une féodalité qui accablait le peuple ! Une belle émission du Portugal en 1989 montre le tambour qui est comme la Révolution en marche, que rien ne peut arrêter. 

Il fallait payer. Payer pour les morts des malheureux ouvriers du chantier de Versailles, pour ceux des guerres inutiles, pour la fiscalité écrasante, pour l'intolérance religieuse, pour les filles entretenues à grands frais dans des appartements somptueux sur le dos d'une Nation en gestation, pour l'égocentrisme de Louis le XIVe, pour la mélancolie dépravée du XVe, pour l'inadaptation du XVIe et pour l'iniquité générale.

Le bicentenaire de la Révolution française
"2° centenario revolução francesa",
une émission de 1989 du Portugal.
L. Duran / C. Leitao / CTT.

Bientôt des noblaillons à Versailles ?
J'entends que des projets voudraient installer un hôtel dans l'enceinte du château de Versailles pour une soixantaine d'années. Nous avons chassé une famille royale de Versailles en octobre 1789, ce n'est pas aujourd'hui pour y créer des séjours de luxe pour apprentis noblaillons. Dans un monde mercantile, l'idée peut paraître superficiellement bonne mais l'attaque du symbole est désastreuse.

L'argument de la restauration pourrait cacher en réalité un début de mainmise des acteurs privés sur le patrimoine national de la France, qui recherchent sans cesse à attirer une clientèle de haut de gamme. Les difficultés économiques actuelles de la France leur ouvrent une opportunité unique ; ainsi s'abaisse le niveau de vigilance des défenseurs du patrimoine et des symboles de celui-ci. Cette opération s'inspirerait du modèle espagnol d'hôtellerie de luxe dans des châteaux, palais ou couvents. Dans un modèle différent, l'abbaye de Royaumont située à 45 km au nord de Paris propose déjà 45 chambres pour les séminaires et les réceptions.

Le bloc-feuillet avec son timbre unique :
le tambour et en fond, la prison de la Bastille à Paris.
L. Duran / C. Leitao / CTT.

Voir

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé