Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

17 novembre 2015

Le Coq gaulois

Dans un bloc-feuillet de quatre timbres-poste

À l'occasion de l'exposition d'aviculture de Metz 2015, la France émet le 16 novembre 2015 un bloc-feuillet de quatre timbres-poste sur les Coqs de France. La 28e édition de cette exposition européenne eut lieu du 13 au 15 novembre 2015. Des milliers d'animaux de basse-cour furent présentés par des exposants venus de 29 pays.

Le coq gaulois,
une émission de la France le 16 novembre 2015
(un timbre-poste vu sur Phil-Ouest)
G. Barouch / Phil@poste.

Comme vous le savez, le coq était un oiseau sacré fort ancien pour les nations celtiques et pour les pythagoriciens. Il était l'attribut d'un des plus grands dieux de la Gaule, Lug, patron des chemins, dieux des routes et carrefours, inventeur des arts, patron des techniques souvent associé au Mercure romain ou à Vulcain. Bien avant la naissance de César, Lug était présent. Ce coq devint gallus en latin, mot qui désignait aussi les Gaulois. On le voit avec l'astre du jour sur le timbre-poste de Decaris émis en 1962.

Le coq est un symbole de la France aujourd'hui délaissé au profit de Marianne. Les mots « emblème national » ne figurent pas pour le coq à l'article 2 de la constitution du 4 octobre 1958. Dans son bel ouvrage Les dieux de la Gaule, Paul-Marie Duval indique que Lug était invoqué par les simples particuliers d'origine gauloise qui n'étaient ni officiers ni fonctionnaires romains : artisans, armuriers de l'armée, employés pour les douanes. Ils honoraient en lui le protecteur des frontières, Finitimus. Et sous le nom de Defensor ou de Victor, lui demandaient la sécurité et la victoire. Une éventuelle garde nationale trouverait par exemple dans cet oiseau antique, en souvenir de l'importance de Lug sur ses terres fécondées bien des siècles après par l'apport révolutionnaire, Finitimus, Defensor et Victor, un symbole assez parlant. Il est dit que Lug devait regarder vers les quatre points cardinaux à la fois. Cette émission peut être l'occasion de revoir le panthéon gaulois dont la variété étonne.

Les Coqs de France,
un bloc-feuillet émis par la France le 16 novembre 2015.
G. Barouch / Phil@poste.

Voir
La Boutique de La Poste
Le souvenir philatélique, présenté par Phil-Ouest avec le chant du coq
Les mondes illustrés de Gabriella Barouch, interview sur L'heure d'été en 2013 (un site indiqué par Phil-Ouest)
G. Barouch, sur le site Magnetreps.com
Le collector des 50 ans du coq Decaris, un billet du 11 novembre 2012
Les volailles australiennes, un billet du 11 septembre 2013

Ouvrages
Les dieux de la Gaule, Paul-Marie Duval, coll. Histoire Payot, 1957 puis 1993 (le chapitre sur Lug).
Le coq, les symboles, Paul de Saint-Hilaire, aux éditions du Félin, Philippe Lebaud, 1995.

Ce billet a été modifié le 18 novembre 2015.

4 commentaires:

blogdetimbrofil a dit…

J'ai remarqué la gravure. Ces sont très beaux timbres!

Jean Deschamps a dit…

Ces timbres-poste sont très réussis et iront bien dans une thématique sur les animaux de la basse-cour. Le travail de Gabriella Barouch est tout en finesse avec un aspect qui évoque les belles illustrations des contes, avec par exemple le cerf blanc ou les hiboux à l'heure du thé que l'on peut voir sur le site Magnet Reps.

Ce billet a été difficile à rédiger pour moi car nous sommes peu de temps après les tueries à Paris le 13 novembre 2015. Je voulais sur un plan général dire quelques mots sur la beauté. Elle ne peut rien contre le mal, cela nous le savions. Mais sa présence est comme l'annonce de lendemains apaisés ici et ailleurs dans le monde où la violence cause tant de souffrances. L'être humain a la capacité de compartimenter les tranches les plus difficiles et il poursuit sa route comme ça, avec des zones inondées et d'autres restées étanches qui maintiennent malgré tout le navire.

Magnet Reps.

blogdetimbrofil a dit…

Tellement vrai! En effet, ces jours, nous tous vivons des moments terribles...

Jean Deschamps a dit…

Oui chacun mesure dans cette période la force des paroles de l'hymne national chanté bien au-delà des frontières. Certains collégiens ou lycéens qui pensaient en janvier 2015 trouver des réserves à la compassion peuvent désormais se demander quelle est leur contribution à l'âme française.

Un billet proposé