Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

12 janvier 2016

Le chat Esmeralda

Des vœux magnifiques

L'an passé j'avais présenté ici un timbre-poste du chat Achille, d'après une étude d'Isy Ochoa. Cette année, j'ai encore mieux à vous montrer car l'artiste a eu la gentillesse d'ajouter le chat Esmeralda sur une superbe carte postale. Je l'en remercie infiniment en lui souhaitant une année 2016 merveilleuse. Admirez le vert d'eau des yeux du félin au naturel doux et serein. Imaginez les vaguelettes de l'oblitération qui se mêlent à la fourrure, apport imprévu de la mécanique postale à l'Art.

Le superbe chat norvégien Esmeralda
par Isy Ochoa est au verso de cette carte postale Postallove.
du 4 janvier 2016.

Naturellement, j'ai souhaité en savoir un peu plus sur ce chat Esmeralda. C'est un chat norvégien né en août 2009 qui pesait 126 grammes à sa naissance. Son nom lui viendrait de l'amour des tziganes et de la belle bohémienne Gina Lollobrigida dont le charme dans le film Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy en 1956 éduqua à la compassion une génération de cinéphiles.

Un chat pour une bonne année 2016 :
merci à Isy Ochoa !

Vous savez que les chats sont utilisés sur l'Internet pour servir d'antidote à la morosité ambiante en France et le magazine Télérama numéro 3442 du 26 décembre 2015 au 8 janvier 2016 à consacré un bon article Des chats au bout de la souris à cette « ronron thérapie ».

Les chats d'Isy Ochoa sont différents. Celui qui est représenté ci-dessous ne se montre pas pour servir de récréation au labeur numérique ou de compensation aux ambiances professionnelles délétères. Non, ce félin revendique une indépendance ; c'est notre présence qui dérange le matou. Qui va là ? Le bouquet de tulipes vient atténuer la force de l'interpellation féline.

On reconnaît la patte d'Isy Ochoa
sur son œuvre Qui va là ?

Le timbre-poste utilisé représente également un chat pour illustrer la fabrication française, chère à un ministre du redressement productif qui portait en 2012 une marinière pour défendre notre industrie ou ce qu'il en reste. Nous remarquons la Seine et la tour Eiffel. Ce chat est coiffé d'un béret et porte une baguette de pain pas trop cuite. Ce béret se voyait aussi sur le timbre-poste du 90e anniversaire de l'Armistice émis en 2008. L'image est censée nous représenter, les Français, dans un stéréotype ancien provenant davantage de clichés la plupart anglo-saxons que de la perception de notre identité réelle. 

Pour comprendre ce qui se passe en France, il faut passer du temps à étudier sa réalité sociale diversifiée et les grands moyens étrangers de l'information n'ont plus toujours la volonté ou les ressources pour investir dans des spécialistes qui connaissent l'histoire et la sociologie du pays. Les clichés font faire des économies.

J'avais consacré en 2014 un billet à la nouvelle France industrielle et à ses 34 plans de reconquête industrielle : le carnet émis fait écho à ce timbre-poste sur la fabrication française.

Un timbre-poste en Lettre Verte
montre un stéréotype
pour défendre les fabrications françaises.
Phil@poste. 

Notez enfin qu'un superbe coffret de correspondance Les chats par Isy Ochoa est édité aux Éditions du Chêne depuis le mois de juin 2015.

Voir
Isy Ochoa sur Pinterest
Isy Ochoa, le site web de l'artiste
Éditions du Chêne pour le coffret de correspondance Les chats
L'art postal du Nouvel An avec Isy Ochoa, sur Philatélie au quotidien le 1er janvier 2016
Esmeralda du Cuore di Léone pour tout savoir sur le chat Esmeralda
Le film Notre-Dame de Paris, sur Allo Ciné (la bande-annonce)
Un chat nommé Achille, un billet du 12 janvier 2015
Colorier Paris, un billet du 10 février 2015
La nouvelle France industrielle, un billet du 18 novembre 2014

Ce billet a été modifié le 19 janvier 2015 (les deux premiers liens vers les sites de l'artiste).

2 commentaires:

fanfanchatblanc a dit…

Quel talent.. nos amis félins sont fort joliment croqués par cette artiste-douceur.
Merci
Bisous

Jean Deschamps a dit…

Eh oui, la douceur comme la beauté ne sauvent pas le monde mais contribuent à le rendre disons supportable. C'est la fonction ultime de l'Art : contempler pour mieux fuir et... câliner si possible. Belle construction. Un jour nous ronronnerons, oui ! Ce sera pour après-demain hé hé. Voir aussi mon billet sur le chat haret ou errant du 14 octobre 2015.
Chat errant.

Un billet proposé