Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

4 octobre 2016

Il y a 500 ans La Joconde arrivait en France

Pour le dernier voyage de Léonard de Vinci

L'artiste et vieil homme invité par le roi François Ier est arrivé en France en 1516 : Léonard de Vinci. Sur son mulet, il apportait avec son matériel artistique et scientifique notamment le portrait de la belle Mona Lisa, objet d'admiration universelle et de commentaires inépuisables.

Le maître fut installé à Amboise au manoir de Cloux, aujourd'hui le château du Clos Lucé, une demeure de briques roses et de pierres de tuffeau représentée sur une émission française de 1973. La pierre de tuffeau est une pierre calcaire à grains fins qui se trouve dans la vallée de la Loire et qui fut utilisée dans la construction de plusieurs châteaux.

La Joconde, de Léonard de Vinci,
une émission de la France le 28 mars 1999
(vu sur Phil-Ouest).
Jean-Paul Véret-Lemarinier / ITVF.

Le livre de Daniel Arasse, Léonard de Vinci, paru aux éditions Hazan en 1997, indique que le tableau fut commandé au printemps 1503 et que le voile noir couvrant la chevelure de Mona Lisa, loin de signifier le deuil, souligne les vertus de chasteté, de dévotion et d'obéissance à Dieu de l'épouse.

Une vue du château du Clos Lucé à Amboise.
(JD).

J'avais trouvé en 2010 le timbre-poste émis en 2008 par la France à la librairie du Clos Lucé avec quelques cartes illustrées de peintures ou de machines, le livre de Daniel Arasse et celui de Sigmund Freud qui soulignait la lenteur avec laquelle œuvrait le génie (Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci, Gallimard 1991).

La Joconde,
une émission de la France le 28 janvier 2008
(Vu sur Phil-Ouest).
Sylvie Patte et Tanguy Besset.

Les photographies présentées ici ont été prises lors de l'été 2010 au Clos Lucé.

Une porte au château du Clos Lucé.
(JD).

La Joconde, beaucoup trop vue, demanderait disons une période de remisage muséologique pour mettre en lumière les autres œuvres de la Renaissance au Louvre. Qui oserait ? Serge Branly, dans son Léonard de Vinci paru aux éditions Lattès en 1988, évoquait un poète chinois sous la dynastie Song : « les trois choses les plus déplorables au monde sont de voir la jeunesse gâtée par une mauvaise éducation, de voir gaspiller du bon thé par d'imparfaites manipulations, de voir enfin une magnifique peinture dégradée par l'ébahissement du vulgaire ».

Le Clos Lucé à Amboise,
une émission de la France le 23 juin 1973.
Cécile Guillame / Postes.

J'avais visité le potager du Clos Lucé qui ne devait pas exister sous cette forme en l'an 1516. C'est un endroit agréable à découvrir, proche du château royal d'Amboise ; le Clos Lucé a été superbement restauré au fil des décennies.

Une partie du potager du Clos Lucé lors de l'été 2010. 
Ici les courgettes au premier plan.
(JD).

 
Un bel entier postal oblitéré à Amboise en 1999, avec La Joconde.

 Dans les jardins du Clos Lucé, le regard de La Joconde.
(JD).

Montrons une représentation de Léonard de Vinci par le graveur Albert Decaris le 23 juin 1973 sur les presses de Jean Munier, imprimeur à Paris, sans doute inspirée par l'autoportrait présumé de l'artiste vers 1512 conservé à la bibliothèque royale de Turin.

Gravure en taille-douce de Decaris, sur papier vélin d'Arches :
une interprétation du visage de Léonard de Vinci.
 

Voir
Léonard de Vinci en France à l'Ambassade d'Italie, sur ArtsixMic le 27 septembre 2016 
Léonard de Vinci au Clos Lucé, un billet du 1er juillet 2011

Ce billet a été complété le 5 octobre 2016.

Note :
En 1973 on trouvait un tiret à Clos-Lucé mais moins aujourd'hui. En 1879 le tiret était dans l'ouvrage Le château d'Amboise et ses environs (Guilland-Verger éditeur).

0 commentaire:

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à réagir !
Un billet proposé